CULTURE

Vous trouverez dans cette rubrique, des articles réalisés par nos journalistes citoyens.

Ecouen

Méconnus ici, mais exposés au Metropolitan

26/11/2015 CULTURE / REPORTAGE

 

L’école d’Ecouen n’est pas un établissement scolaire, mais une colonie de peintres qui séjourna dans la ville au XIXe siècle. Allez les découvrir, c’est à deux pas de chez vous.

 

En ce début d’après midi brumeux de novembre, ils sont là, debout, dans le jardin de l’office du tourisme d’Ecouen, Derrière eux le château Renaissance dresse sa majestueuse silhouette blanche. Ces neuf membres du SEL* de Villiers le Bel sont venus découvrir, le parcours des peintres de l’école d’Ecouen.Devant eux un passionné, ancien enseignant de lettres classiques, conférencier bénévole pour l’Office du tourisme Christian Dauchel se présente, sourit et entraine son petit groupe à travers les rues de la ville.

 

Le train des artistes

 

Dans la ville d’Ecouen vingt quatre lutrins, situés à des endroits stratégiques, racontent l’histoire de cette Ecole de peintres, mal connue voire oubliée et pourtant appréciée et renommée jusqu’en Angleterre et aux Etats Unis.

Christian Dauchel s’enthousiasme et fait partager cet enthousiasme à ses visiteurs qui découvrent avec étonnement à travers la reproduction de leurs œuvres ce groupe d’artistes français et étrangers qui séjourna dans ce petit bourg pendant la seconde moitié du XIXème siècle. Pour ces visiteurs curieux, Francois Dauchel aide à faire le lien entre les reproductions de tableaux et le paysage actuel. Il explique les noms des rues, Edouard Frère, Auguste Schenck, Paul Seignac… dédiés à ces peintres spécialisés dans la peinture de genre : animaux, paysages, scènes enfantines et rustiques.

Il raconte que l’invention de la peinture en tube a permis aux artistes de sortir de leurs ateliers et de travailler à l’extérieur. Mais aussi que l’arrivée du chemin de fer a contribué au rassemblement de cette colonie.

 

Van Gogh était fan

 

La fraicheur commence à tomber mais nos SEListes ne sont pas pressés de rentrer se mettre au chaud ; ils s’étonnent d’apprendre l’admiration que portait Van Gogh à ces peintres, l’intérêt des artistes étrangers venus se former et la présence de plusieurs de ces tableaux dans des lieux mythiques comme le Metropolitan de New-York.

Puis on cherche ensemble à retrouver les vestiges de cette époque : la villa Gabrielle devenue Ecole Sainte Thérèse, les anciennes auberges, les cours de ferme transformées et habitées par des artisans, les verrières éclairant des ateliers de peinture … on s’arrête devant le cimetière et plusieurs tombes de peintres puis devant la plus ancienne maison d’Ecouen datée de 1541 (voir photo).

 

La ville n’a pas encore de musée aussi Christian Dauchel termine la visite en introduisant ses visiteurs admiratifs dans la salle municipale de la mairie où une trentaine d’œuvres sont mises en valeur ; les appareils photos s’activent…

Le temps a passé, il commence à faire sombre : voilà, déjà deux heures que le petit groupe parcourt Ecouen, il y aurait encore beaucoup à voir « nous allons revenir » promet un couple : « nous qui croyons connaître Ecouen et y allons souvent nous n’aurons plus le même regard, tant de richesses si près de chez nous ; merci ! »…

 

La culture contre les barbares

 

Cette visite a eu lieu quelques jours avant le 13 novembre… Et au moment de l’écrire, on songe à d’autres moments de l’histoire.

Les révolutionnaires de 1793 qui ont mutilé les statues des églises, les Khmers rouges ont détruit le patrimoine culturel de Bangkok, les talibans ont fait exploser les bouddhas de Bamiyan en Afghanistan, Daesh a saccagé Palmyre… les barbares haïssent la culture, ce qui fait dire à, Jacques Weber qui a tenu à jouer l’Avare ce 15 novembre 2015 « ouvrons et proposons la gratuité dans tous les théâtres ». Et, en ce qui nous concerne, habitants des banlieues, soyons fiers de notre patrimoine, mettons la culture à la portée de tous, multiplions les visites…

 

Par Brigitte Liatard

 

*Système d’Echange Local , association qui propose des échanges de biens ,de services et de savoirs sans échange d‘argent mais avec une monnaie virtuelle, le cristal de sel.

Contact à Villiers le Bel : Jacqueline Argaillot - 0670102341 - jacqueline.arga@gmail.com


Pour informations :

Office du tourisme d’Ecouen - 1 Place de l'Église, 95440 Écouen - 01 39 90 85 32

© 2015/2020 Visago Média. Tous droits réservés

VISAGO MÉDIA EST ACCOMPAGNÉ DANS SA DÉMARCHE PAR LA FONDATION DE FRANCE ET PAR LA DRAC ILE-DE-FRANCE