• DÉCRYPTAGE

Gare à la rumeur de la gare !


Non, il n’y pas eu de tirs à la gare d’Arnouville ! Nouveaux attentats, fausses alertes, plaisanteries faciles…Villiers-le-Bel n'a pas échappé aux fausses informations durant la semaine qui a suivi les attentats de Paris..

Lundi matin : minute de silence devant la Mairie. Un pétard est lâché par une voiture, sans susciter de réaction de la part des participants dont beaucoup n'ont rien remarqué sans doute en raison de la faiblesse du bruit.

Lundi après-midi : un agent immobilier de la rue Gambetta reçoit chez lui 2 coups de fil de menaces, lui indiquant qu'une personne se trouve à l'intérieur de l'agence et veut tout faire sauter. L'immeuble a été évacué par la Police qui n'a trouvé personne à l'endroit indiqué. Mercredi après-midi : rumeurs de tirs et de présence d'hommes armés autour de la gare de Villiers le Bel -Arnouville.

La dernière fausse information, transmise par les réseaux sociaux, a fait le tour de la ville puis de la région et suscité des appels téléphoniques inquiets en provenance de Sarcelles, Paris et autres villes. La municipalité a dû émettre des démentis recommandant de ne pas céder à la panique. Tous ces événements trouvent, bien sûr, leur origine dans les répercussions des chocs psychologiques engendrés par les attentats de Paris et du Stade de France à Saint-Denis.

La France entière a aussi été affectée par ce type de réactions. Sans entrer dans les détails, nous pouvons rappeler sous forme de liste, quelques uns des événements qui n’ont jamais eu lieu ; Deux bombes désamorcées au Centre Commercial de La Part Dieu. Attentat au Centre Commercial Grand'Place de Grenoble. Fusillade à Marseille. Tirs de kalachnikov à Halluin. Incendie du Centre Euralille. Alerte autour de la Centrale nucléaire de Gravelines. Plaisantins se déguisant en terroristes. Tirs à blanc à Bagnolet. Interprétation faussement criminelle d'un incendie survenu à Calais. Á Paris, pendant les rassemblements de recueillement, fuites éperdues Place de la République et devant le restaurant Le Carillon suite à des bruits suspects. Et bien d'autres !

On risque 2 ans de prison pour une rumeur

Aucune de ces rumeurs n'a correspondu à quelque chose de réel. Les municipalités, départements et Régions ont été obligés de les démentir sur tous les moyens utilisables.

Il est recommandé lorsqu'une information non vérifiable est émise d'éviter de la propager (Un ami d'ami rapporte que. Une personne bien informée travaillant à la DGSI, à la BAC, au BRI prétend que. Une copine de ma voisine dit que….). Rappelons que, si une création ou une propagation délictueuse est prouvée, une telle action peut faire l'objet d'un emprisonnement de 2 ans et d'une amende de 30000 euros.

Si la tension psychologique suite à ces attentats est trop forte, il est recommandé de parler à d'autres personnes et de faire confiance aux forces de sécurité toujours en état d'alerte. Et de lire des médias reconnus…. Ou Visago News, qui n’est pas encore connu mais dont les rédacteurs ont été formés aux techniques et à la déontologie journalistique !

Par Daniel Biret


1 vue

© 2015/2020 Visago Média. Tous droits réservés

VISAGO MÉDIA EST ACCOMPAGNÉ DANS SA DÉMARCHE PAR LA FONDATION DE FRANCE ET PAR LA DRAC ILE-DE-FRANCE