• Rencontre

Un café avec Robert


Le nouveau sous diacre de l’église Assyro-Chaldéenne d’Arnouville a grandi à Villers-le-Bel et appris la théologie au Kurdistan irakien.

Rendez vous devant l’église assyro-chaldéenne st Jean Apôtre d’Arnouville. Il est 9h et les travaux de finitions des voies d’accès vers l’église fraichement édifiée, ainsi qu’une petite brise frisquette, nous incitent à prendre la tangente en direction du petit bistro d’angle, juste en face du fleuriste de la gare. Robert m’informe d’entrée qu’il ne prendra aucune collation solide ou liquide. « Nous sommes en période de carême et pour nous le jeûne se prolonge jusqu’à midi pendant 40 jours ». Ce petit café garde encore aujourd’hui, le charme d’autrefois. « Je connais ! Le bar est tenu par des Chaldéens ». précise Robert.

Robert Sabak, au premier plan, 1er en partant de la gauche.

La famille Sabak est venue en France pour fuir les discriminations et les atteintes perpétrées par les Turcs musulmans contre les chrétiens. Plus de 95 pour cent des Chrétiens sont partis. Robert sublime cet exil sans retour en citant le psaume 137 de la Bible : « Nous ne pleurerons pas sur les longs fleuves de Babylone, car nous vivons la Mésopotamie dans nos foyers. »

Ils viennent des montagnes situées au Nord de la Mésopotamie (frontière Turquie/Irak) ce sont les sources du tigre et de L’Euphrate. Terre imprégnée de l’épisode Biblique du déluge. Aujourd’hui encore le nom des villes en atteste comme Bespin , Le lieu de l’arche ou « les chrétiens aux bêtes » et Gaznakh , Le trésor de Noé. « Mon premier catéchisme, raconte Robert, c’est la bible transmise par tradition orale depuis des siècles ».

« Ce sont des noms Araméens qui au premier siècle après Jésus Christ était la langue parlée dans tout le moyen orient, et en Palestine (où paraît il l’accent était un peu nasillard, si l’on en croit certains passages des évangiles qui affirment que St pierre fut ainsi reconnu un jour malgré lui). L’Araméen a permis les échanges, et la transmission évangélique.

Village de Bespin

Sa famille est arrivée de Turquie en France en 1983. Robert est né à Saint Denis à la maternité de l’hôpital Delafontaine en 1984. Il est baptisé à Sarcelles à l’église Jean XXIII, devenue depuis église de la Trinité, par Mgr Alichoran, « qui a beaucoup œuvré pour faire connaître et reconnaître le peuple Chaldéen. »

Ses parents consacrent leur vie et leurs maigres ressources à l’éducation de neuf enfants et à l’acquisition d’une maison située à Villiers le Bel. Les moyens pour subsister sont si précaires qu’il s seront parfois contraints de prendre leurs repas aux ‘’ restos du cœur.’’

Il est scolarisé à l’école primaire Gérard Philippe, jusqu’en 1994, puis il entre au collège Léon BLUM qu’il quittera en 2000, pour suivre les cours de la section ST du LT la Tourelle et obtenir son BAC ST en 2003.

Pour Robert une seule idée en tête, entrer au séminaire. Le BAC est obligatoire et peu importe lequel. Il passera d’abord deux ans à l’institut catholique de Paris rue d’Assas où il étudie la philologie. En 2005, à 21 ans il entre au séminaire diocésain de Paris, dont les locaux sont proches de Notre Dame de Paris.

La formation se prolonge pendant 3 ans. Un an est consacré à la Propédeutique pour conforter la fondation spirituelle d’une vie sacerdotale. On y ajoute deux ans de Philosophie pour articuler la pensée dans une démarche théologique.

Et Dieu dans tout ça ? Robert définit la foi, comme une recherche de l’homme vers Dieu et cite quelques règles chrétiennes : « indifférence et foi ne font pas bon ménage », « Je ne peux pas être chrétien et ignorer ceux qui souffrent », « Se tourner vers Dieu, c’est se tourner vers l’homme ». Après le séminaire, Robert part pour suivre un cycle théologique de 4 ans au kurdistan Irakien, un cycle qui se déroule en Mésopotamie dans le séminaire patriarcale d’Erbil.

Séminaire d’Erbil.

Quelle différence entre l’église Latine et l’église d’Orient ?

"St Thomas Apôtre est au départ, après la résurrection du christ, de l’évangélisation de la Mésopotamie à la Chine, après lui parmi les soixante douze disciples adjoints aux apôtres par Jésus et chargés d’aller deux par deux évangéliser les villes et localités où lui-même devait aller. Les deux élus, Addai et Mari restent en Mésopotamie à Céleucie et Steciphon 40 km au sud de Bagdad, où se trouve dans les vestiges de l’actuel babylone, la plus vielle église chrétienne d’orient à Kokhé.

Aujourd’hui l’église d’Orient comprend les Assyro-Chaldéens qui sont un seul peuple, les Malabars et les Malankars en Inde.

En 1553 le pape Jules III, nomme Jean Soulaqa premier patriarche de l’église Chaldéenne Les Chrétiens d’Orient rejoignent l’église latine qui fut évangélisé par st Pierre à Rome dés le premier siècle après JC."

La région d’Erbil où vous avez étudié est elle aujourd’hui en guerre ?

"Les Kurdes ont réussi à maintenir la paix dans leur province. Nombres d’entre eux, meurent en défendant les frontières, de ce havre de paix aidés par les chrétiens encore présents qui sont restés grâce à la paix Kurde. Partout où il se trouve, le chrétien d’orient veut participer en citoyen à la sauvegarde ou à la reconstruction de son pays, ce qui explique la présence d’une milice chrétienne au cotés des Kurdes."

Pourquoi les Assyro chaldéens sont ils visés ?

"Par le simple fait d’être chrétiens, ils sont considérés par les terroristes islamistes comme des collaborateurs des forces d’occupation. Les chrétiens d’Irak par exemple, sont considérés comme un frein à l’islamisation, alors que leurs valeurs sont la paix, la liberté et la démocratie."

Que signifient ces drapeaux tricolores aux fenêtres au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 ?

"Nous aimons la France, et nous voulons nous rendre utiles pour l’intérêt général. Certains d’entre nous sont encore obsédés par la radicalisation de l’Islam. Ils sont tentés par le vote front national, car ils sont inquiets pour la France. Ils craignent que la France subisse le même sort qu’eux."

Les votes de votre communauté sont sans doute très convoités ?

"Chez nous la tendance générale est à droite, car beaucoup pensent que l’athéisme est de gauche. Mais à Sarcelles et dans le val de France, suite à une proposition de loi de François Pupponi , condamnant la négation du génocide, la communauté vote socialiste. Sarcelles fut la première ville en France à ériger une stèle à la mémoire des martyrs Assyro-Chaldéens."

Que pensez- vous des agnostiques ?

"Dire je crois, mais je ne pratique pas, c’est une sorte d’enduit, un vernis fragile pour masquer le néant."

Et la laïcité?

"La laïcité se doit d’être tolérante pour tout le monde, les signes extérieures d’appartenance à une religion ne doivent pas être radicalement refoulés, sauf si ces derniers sont contraires aux valeurs de la république".

Il est presque midi, notre entretien se termine, Le café est offert. Merci patron !

Robert me quitte pour prendre une petite collation avant de rejoindre le bureau où il travaille comme traducteur. Il ne m’a pas précisé dans quelles langues parmi les quatre ou cinq qu’il parle couramment.

Propos recueillis par

Jacques Hasboun

#VilliersleBel #Arnouville #Araméen #assyrochaldéenne

80 vues

© 2015/2020 Visago Média. Tous droits réservés

VISAGO MÉDIA EST ACCOMPAGNÉ DANS SA DÉMARCHE PAR LA FONDATION DE FRANCE ET PAR LA DRAC ILE-DE-FRANCE