• Gonesse

Un cercle de poètes pas si disparus…
 pour Gonesse et les alentours


Comme le titre l'indique, des poètes sévissent dans les alentours… Rencontre

C'est au fil de mes déambulations dans la grande médiathèque de Gonesse que je découvre – ô surprise ! - que des habitants de Gonesse, des Gonessiens, et de Villiers le Bel, des Beauvillésois, s'adonnent à la poésie. Qu’ils sont réunis dans un club et qu'ils sont même édités ! D'où la présence de ces sympathiques livres de poésie dans la bibliothèque de Gonesse.

Que nenni, moi l'amoureuse des mots (j'espère que c'est réciproque!), je décide d'en savoir plus et de contacter la présidente de ce club, Suzanne Palasti. Ce Club existe depuis 1984 et compte une quinzaine de membres. Mme Palasti est elle-même éditrice, elle connait le milieu de l'imprimerie, et avec le soutien de la ville de Gonesse, elle a pu faire en sorte que soient publiés les « meilleurs textes ». Les âges et les origines socio-professionnelles de ces poètes sont très divers. On y trouve aussi bien des infirmières, des profs, des retraités et des jeunes.

Mais ces poétesses et ces poètes ne se contentent pas d'écrire pour leur plaisir. Ils essaient de faire partager leur gourmandise de la poésie par des lectures de contes, de romans, à l'hôpital et à la Maison intergénérationnelle de Gonesse. Ils organisent aussi des expositions, participent au « Printemps des Poètes ». Un plaisir partagé, qui essaie d'allier l'utile à l'agréable.

Car, ajoute, Suzanne Palasti, le rôle de la poésie, c'est aussi, à sa façon, de rendre la vie plus belle. En écrivant, on se fait du bien et on fait du bien aux autres. Les mots ont une résonnance dans l'inconscient collectif, écrire nous aide à sublimer nos émotions, à transcender certaines épreuves. Ecoutons, par exemple, ce que dit Le poète-chanteur Renaud dans son dernier album (Les Mots): « Ecrire...vous libère de tous les maux...C'est un don du ciel, une grâce qui rend la vie moins dégueulasse ».

La poésie, pour Suzanne Palasti, n'est pas réservée à quelques privilégiés (pour preuve, le succès récent du Concours de la poésie organisé dans le métro par la RATP, ou plus de 8150 textes ont été proposés). « Oui, dit-elle en souriant, les enfants adorent écrire, jouer avec les mots. L'art poétique, à sa façon, peut contribuer à rendre notre vie plus jolie, et cet art est à la portée de tout le monde ».

Alors, oui, vive les artistes qui illuminent notre quotidien parfois terne. Nous avons tous un potentiel, pour paraphraser Robins Williams, acteur principal du film « Le Cercle des Poètes disparus » : mettons de la poésie dans notre vie et de la vie dans la poésie.

Par Irène Godard

Renseignements pratiques

Réunions du club : les dimanches après-midi.

Contact : Mme Palasti : 01 39 94 03 43

#Gonesse

60 vues