• 9e circonscription du Val d’Oise (Cantons de

5 questions aux candidat(e)s de l’Est du Val d’Oise. DOMINIQUE DUFUMIER (EELV - 9e circo)


2017 est par excellence une année d’élections. La présidentielle passée, que voilà déjà les législatives. La rédaction de Visagonews a proposé à l’ensemble des candidats à la députation, sur l’Est du Val d’Oise (7e, 8e, 9e circonscriptions), une interview type de 5 questions identiques…

Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ou nous exposer les principales motivations de votre candidature ?

Agronome, devenu inspecteur du travail puis chargé de mission aux ministères du travail et de l'agriculture, je me suis intéressé aux conditions de travail, de santé et de sécurité ainsi qu'à la défense de l'environnement. Apiculteur amateur et membre actif d'une association pour le maintien de l'agriculture paysanne, je milite pour la défense d'une agriculture biologique, sans engrais chimique de synthèse et sans pesticides. Ceci va de pair avec la défense des agriculteurs et de leurs territoires, constamment menacés par une urbanisation incontrôlée. Militant écologiste, adhérent à EELV, je suis depuis mars 2014 conseiller municipal à Fosses (Val d'Oise), délégué au droit des sols et à l'environnement. Je suis intervenu pour défendre la politique du zéro phyto et le fauchage tardif des espaces verts, l'écopaturage, les jardins partagés, les économies d'énergie. Mais au-delà de ce qu'il est possible de faire au niveau local, il est nécessaire de mener une politique écologique forte au niveau de l'Assemblée nationale.

Quelles sont vos priorités pour l’Est du Val d’Oise et plus particulièrement dans votre circonscription ?

- Sauvegarder les terres agricoles, en empêchant notamment le grand projet ruineux et destructeur d'emplois qu'est EUROPA CITY de voir le jour. Pour répondre aux besoins pressants des agriculteurs bio (terre de lien), des consommateurs (AMAP et BIOCOOP notamment ) et associations de défense de l'environnement je propose d'y substituer un projet alternatif basé sur l'agroécologie et, en périphérie, sur la valorisation de ses produits (restaurants , épiceries solidaires, coopératives bios, artisanat) etc .

- Défendre les établissements publics de santé à Gonesse, Marly la ville, Sarcelles et Villiers le Bel et stopper la désertification médicale en créant des centres de santé publics au plus près des citoyens qui seront non seulement en charge des soins pluridisciplinaires mais aussi de la prévention contre la malbouffe et la pollution.

- Moderniser le RER D et élaborer une nouvelle politique de la mobilité sur le territoire.

- Créer sur notre territoire des milliers d' emplois dans la transition écologique, l'éducation et l'économie sociale et solidaire, tout en réduisant nos factures d’énergie.

Quelle proposition de loi comptez-vous porter pour le territoire ?

- Loi sur l'aménagement du territoire visant à lutter contre la spéculation immobilière au dépens des terres agricoles et obliger tout investisseur ayant un projet d'urbanisation sur ces terres agricoles de prévoir dans le voisinage un projet de compensation équivalent.

- Dans la loi de financement de la sécurité sociale, proposer un amendement permettant aux établissements publics de santé de récupérer la TVA pour lutter contre la concurrence inéquitable des établissements privés. Cette mesure pourra être financée par une augmentation de la fiscalité sur les produits polluants.

- Proposition de loi transport comportant deux volets: privilégier les investissements ferroviaires dans la création de liaisons RER et TER plutôt que dans des lignes TGV sans cesse déficitaires, et réinventer les mobilités quotidienne à travers des sites de covoiturage ou d'autopartage dédiés aux trajets domicile-travail, de location de véhicules propres et des transports à la demande efficaces qui tiennent compte des horaires décalés.

- Proposition de loi visant à favoriser les emplois destinés à la transition écologique.

Emmanuel Macron, nouveau Président de la République, recherchera au-delà de son propre mouvement une majorité à l’assemblée, pourriez-vous faire partie de celle-ci ?

Je ne ferai pas partie d'un Gouvernement chargé de mener la politique antisociale et antiécologique préconisée par le Premier Ministre et les autres membres du Gouvernement.Seul un vote massif en faveur d'un groupe écologiste fort à l'Assemblée Nationale susceptible de faire changer la majorité parlementaire pourrait permettre de renverser le gouvernement.

Un plan B en cas d’échec aux législatives ?

Il n'y a pas de plan B, si ce n'est renforcer le poids des mouvements associatifs et citoyens pour peser sur le débat public.

Par la rédaction

#EstduValdOise #Gonesse #Goussainville #Luzarches