• 9e circonscription du Val d’Oise (Cantons de

5 questions aux candidat(e)s de l’Est du Val d’Oise. LUC BROUSSY (PS - 9e circo)


2017 est par excellence une année d’élections. La présidentielle passée, que voilà déjà les législatives. La rédaction de Visagonews a proposé à l’ensemble des candidats à la députation, sur l’Est du Val d’Oise (7e, 8e, 9e circonscriptions), une interview type de 5 questions identiques…

Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ou nous exposer les principales motivations de votre candidature ?

Je suis né ici en 1966. J’ai grandi à Gonesse à la Fauconnière puis aux Marronniers. Et c’est donc à Gonesse que j’ai attrapé le virus de la politique puisque c’est là que j’ai adhéré au PS à l’âge de 17 ans. Bien plus tard, je suis devenu Conseiller général de Goussainville-Louvres en 2008, maire-adjoint de Goussainville en 2009 puis suppléant du Député Jean-Pierre BLAZY en 2012. Je crois donc connaître ce territoire et ses habitants bien plus que nombre des 18 autres candidats à cette élection législative.

J’ai par ailleurs l’atout d’avoir fait de la politique au plan national : assistant parlementaire, conseiller d’un ministre, secrétaire national du PS, auteur d’un rapport interministériel remis en 2013 au Premier Ministre. Si je dis cela, c’est parce qu’un député doit avoir une excellente connaissance des rouages administratifs et politiques au plan national s’il veut influer sur le cours des choses et peser en faveur de sa circonscription.

Il faut être implanté et connaître les dossiers locaux mais il faut être aussi bénéficier des réseaux et de la notoriété permettant de peser. Je crois avoir ces deux atouts.

Alors, pour moi, gamin de Gonesse, élu de Goussainville, suppléant de Jean-Pierre BLAZY à l’Assemblée Nationale pendant 5 ans, devenir le député de la 9ème circonscription serait à l’évidence la suite logique d’un long engagement personnel au service des autres.

Quelles sont vos priorités pour l’Est du Val d’Oise et plus particulièrement dans votre circonscription ?

Je vois clairement trois priorités sur lesquelles un député peut peser.

D’abord la formation de notre jeunesse. Comme socialiste, je suis attaché à la lutte contre les inégalités. Or c’est à l’école que se forment ces inégalités surtout sur un territoire comme le nôtre qui compte des quartiers socialement difficiles.

Je veux donc d’abord encourager la mesure voulue par le président Macron consistant à réduire à 12 les effectifs des classes de CP et CE1 dans les zones d’Education prioritaire. Je veux ensuite encourager sur notre territoire les formations qui permettront à notre jeunesse de trouver les emplois qui se créent ici dans l’Est du Val d’Oise. Je pense notamment à la logistique, à l’hôtellerie-restauration, au numérique ou à la maîtrise des langues étrangères. C’est par des formations adaptées que nous éviterons que 40% des 18-25 ans dans certains de nos quartiers soient au chômage.

Je veux également développer l’activité économique sur notre territoire ce qui m’amènera à soutenir le projet Europa City. Au-delà des caricatures dont est l’objet trop souvent ce projet, il va surtout permettre la création à terme de plus de 11.000 emplois et va permettre d’offrir à notre zone un équipement structurant et attractif.

Enfin, je veux être le « député du RER D ». Trop de nos concitoyens sont pollués au quotidien de Fosses à Louvres en passant par Goussainville et Gonesse par les dysfonctionnements incompréhensibles de cette ligne. Même si je veux saluer l’installation sur le Triangle de Gonesse de la future gare du Grand Paris Express qui va venir soulager une grande partie de la population.

Quelle proposition de loi comptez-vous porter pour le territoire ?

Un député ne propose par une loi pour son territoire mais pour son pays. Je le dis car trop de candidats dans cette élection promette n’importe quoi aux électeurs comme s’il s’agissait d’une élection municipale.

Mais pour revenir à votre question, il y a tout de même des sujets que nos territoires vivent avec une acuité toute particulière. La question de la lutte contre les nuisances aéroportuaires évidemment mais aussi la question du respect par les bailleurs sociaux de leurs obligations : trop souvent les locataires de nos « grands ensembles » se sentent démunis par rapport à des bailleurs tout puissants.

Emmanuel Macron, nouveau Président de la République, recherchera au-delà de son propre mouvement une majorité à l’assemblée, pourriez-vous faire partie de celle-ci ?

Pour ma part, je veux être un député constructif et vigilant. Constructif parce que je souhaite, comme la plupart des français, la réussite du quinquennat du président Macron. Vigilant parce que je n’oublie pas que le 1er Ministre est de droite. Que le Ministre de l’Economie est de droite. Et que le ministre du Budget est sarkozyste.

Dans ce contexte je crois qu’il faut des députés de gauche à l’Assemblée Nationale pour orienter différemment la politique qui sera menée pendant les 5 prochaines années. Donc oui pour participer à une majorité de progrès. Ce qui sous-entend que l’Assemblée ne soit pas uniquement peuplée de bénis oui-oui qui auraient été « choisis » et « sélectionnés » pour tout approuver sans discuter.

Un plan B en cas d’échec aux législatives ?

J’ai construit tout mon engagement autour de ma passion pour la politique. Sinon je n’aurais pas adhéré au PS à l’âge de 17 ans...

Mais j’ai aussi toujours souhaité gagner ma vie en dehors de la politique ne serait-ce que pour ne pas être dépendant d’un mandat ou d’un statut. On voit les dégâts que cela fait y compris sur notre territoire quand l’alpha et l’oméga de certains élus consistent à rester en place plutôt qu’à faire et réformer.

Je suis chef d’entreprise, je suis un expert de la Silver Economie, je viens de reprendre une revue musicale qui battait de l’aile : autant vous dire que je n’ai pas besoin de la politique ni pour vivre, ni pour avoir un statut social. Je crois d’ailleurs qu’à travers le concept de « société civile » c’est cela que cherchent nos concitoyens : avoir des élus qui connaissent la « vraie vie » et qui sont là pour les servir plutôt que pour se servir.

Par la rédaction

#EstduValdOise #Gonesse #Goussainville #Luzarches

© 2015/2020 Visago Média. Tous droits réservés

VISAGO MÉDIA EST ACCOMPAGNÉ DANS SA DÉMARCHE PAR LA FONDATION DE FRANCE ET PAR LA DRAC ILE-DE-FRANCE