• Adm

Réseaux sociaux, les nouveaux “Zorro”

A l’occasion de la période de confinement lié au COVID-19 nous avons pu encore une fois mesurer le rôle déterminant des réseaux sociaux (Facebook, WhatsApp et autres). Porte-voix amplificateurs, ils ont permis de mettre sur la “place publique” les dysfonctionnements de la société et ont mis en lumière les actions citoyennes porteuses de solutions.


Farida Harchaoui du collectif “Locataires du DLM en colères”. ©visagomédia


Qu’ils soient créés dans le cadre des manifestations “gilets jaunes” ou durant la période du Covid-19, les groupes Facebook ou WhatsApp s’avèrent être de puissants vecteurs de solidarités et de mobilisations citoyennes.


CAS D’ÉCOLE

Le 13 juin dernier c’est sur un groupe Facebook, “VLB - Voisins Solidaires”, créé pour apporter aide et soutien aux habitants durant la période de confinement, que Madame Farida Harchaoui, à la tête du collectif “Locataires du DLM en colères” a posté un message relatant les problèmes qu’elle et ses voisins rencontraient quant à l’insuffisance d’entretien de leur logement social par le bailleur. (voir copie du post FB en fin d’article).


ACTION, RÉACTION

Locataire d’un deux pièces à Sarcelles, Farida et ses enfants arrivent en 2001 à Villiers-le-Bel après avoir déposé une demande à son bailleur afin de bénéficier d’un logement plus grand.


Convoquée à un rendez-vous avec une responsable du site HLM pour la visite d’un trois pièces sur la commune de Villiers-le-Bel, elle découvre à l’époque un logement peu entretenu ayant besoins de travaux. Sur place la responsable lui dit que “des travaux sont prévus et qu’il n'y a aucun souci à se faire…” . Farida, dans un besoin urgent d'espace pour vivre avec ses trois enfants, est plutôt confiante et accepte la proposition. Elle signe dans les jours qui suivent son nouveau bail.


Le jour de la remise des clefs. Farida nous raconte “j’ai fait remarquer que nombre de travaux évoqués lors du premier rendez-vous n’avaient pas été effectués. J’ai aussi indiqué ne pas avoir signé pour un appartement dans cet état. On m’a répondu que c’était trop tard puisque j’avais déjà signé le bail. Finalement dans l’urgence de ma situation… je suis devenue locataire et j’ai fini par réaliser les travaux moi-même”.


Depuis 2001, Farida nous explique : avoir déposé 48 dossiers auprès du bailleur, avoir réclamé l'entretien de son logement comme des parties communes notamment l’ascenseur, avoir contacté les services de la ville en vue de les alerter sur la situation… Mais « sur certains dossiers même accompagnée par mon assistante sociale, rien n’a bougé » nous dira-t-elle.


Dé-CONFINEMENT VÔTRE

À la sortie du confinement Farida comme ses voisins n'en peuvent plus, ce sont les cafards et les punaises qui ont investi le bâtiment. Elle se retrouve pour sa part à jeter l'ensemble de sa literie et une partie des meubles infectés.


Literies et meubles jetés par Farida. Bâtiment en travaux pour les façades extérieur pour l’amélioration du cadre de vie d’après les panneaux installés par le bailleur. ©visagomédia


Lui vient alors, avec ses voisins, l’idée de communiquer plus largement sur la situation. Ayant acheté des matelas pneumatiques pour échapper aux punaises de lit, elle envisage de dormir dehors et de le faire savoir en partageant un post avec appel à pétition à destination de CDC habitat, la Mairie et la Préfecture du Val d’Oise et une vidéo illustrant l'état de son logement, sur le groupes “Villiers-le-Bel - Voisins Solidaires” fort de ses 1.200 membres.


BINGO

Il aura suffi de quelques jours après la publication de son post pour que la force des réseaux sociaux joue son rôle et que le bailleur comme les services de la Ville se manifestent auprès des concernés.

Information du bailleurs sur le traitements contres les punaises, seul “hic” : vendredi nous serons non pas le 16 mais le 19. ©FaridaHarchaoui


Au moment ou nous rédigeons cet article, des chefs de travaux se sont présentés à son domicile - suite à son post FB, mais aussi “…à la demande du Maire“ comme lui précisera la gardienne venue les accompagner.


L’équipe diligentée avait pour missions d’intervenir contre les punaises et de prendre dates pour réaliser en urgence les travaux d’électricité dans son logement.

Mme Harchaoui a préféré décliner l’offre soudaine : « J’ai demandé à ce qu’ils traitent l’ensemble des logements et pas seulement le mien…”. « …Et pour ce qui est des travaux, idem. Et je vais faire réaliser un état des lieux de mon logement par un huissier de justice”…


En attendant de trouver un terrain d'entente, Farida et ses voisin-e-s s’organisent via leur groupe WhatsApp, pour dormir à la belle étoile à défaut de le faire dans leur logement. La suite à suivre… sur les réseaux sociaux.


Par la rédaction


Copie post Facebook de Mme Harchaoui

_____________

Bonjour à tous,

Nous sommes plusieurs locataires et nous avons pris la décision de quitter nos logements insalubres et dangereux.

En effet, cela fait déjà plusieurs années que nous alertons les services publics, notamment la mairie de Villiers le Bel, notre bailleur CDC Habitat, la police municipale ainsi que les services sociaux sur l’état désastreux de nos immeubles.

Malgré les risques majeurs qu’encourent cette situation déplorable telle que l’électrocution, l’effondrement des plafonds, la présence d’amiante, de plomb et la propagation des punaises de lit, des cafards et des rats dans l’ensemble immobilier, aucun des organismes précédemment cités n’a daigné agir ou mener des actions pour remédier à ces problématiques. Aucun de ces organismes n’a réagi face à ces plaintes, nous sommes voués à nous-mêmes.

Aujourd’hui nous disons « STOP ».

Nous avons quitté nos logements car, nous ne voulons plus vivre dans de telles conditions.

À compter du 22 juin 2020, nous mènerons une grève sur une durée indéterminée.

Nous nous installerons et dormirons au parc de l’Infini à Villiers le bel situé dans la rue Averroes.

Nous faisons suivre cette pétition car, nous comptons sur votre solidarité. Il faut que cette situation cesse.

Tout seule notre voix n’a pas d’impact, toutefois, ENSEMBLE, nous arriverons à nous faire entendre. Cette fois-ci, les organismes compétents devront agir.

Les medias seront présents tout au long de ce mouvement ainsi que plusieurs associations.

Nous vous invitons à suivre ce mouvement et nous comptons sur votre diligence pour signer cette pétition et n’oubliez surtout pas d’accéder à votre votre boîte mail afin de la valider.

Enfin, nous vous formulons nos plus sincères remerciements pour le temps que vous aurez consacré à ce mouvement.

Ensemble nous y arriverons.

Locataires du DLM en colères

_________________

335 vues

© 2015/2020 Visago Média. Tous droits réservés

VISAGO MÉDIA EST ACCOMPAGNÉ DANS SA DÉMARCHE PAR LA FONDATION DE FRANCE ET PAR LA DRAC ILE-DE-FRANCE